La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

Ondes électromagnétiques

 


 

 

 

Le microbiote est constitué de l’ensemble des micro-organismes qui vivent sur notre peau et dans notre corps.  La majorité sont des bactéries qui sont bénéfiques pour notre santé. Les bactéries les plus étudiées sont sans contredit celles de notre flore intestinale.

Les plus grands bénéfices qu’elles nous apportent sont de fabriquer certaines vitamines (B12, Biotine, Vitamine K…), des neurotransmetteurs dont le GABA et la sérotonine et des substances réparatrices du cerveau dont le BDNF (Brain Development Neurotrophic Factor), ainsi que des molécules qui réparent les parois de l’intestin, réduisent l’inflammation, ont une action bénéfique sur le système immunitaire, etc.[1]

Notre microbiote contient 38 000 milliards de bactéries, regroupées en plusieurs familles aux caractéristiques distinctes. Parmi celles-ci, les firmicutes et les bactéroïdètes et surtout leur ratio, ont un impact majeur sur la santé. En effet, un ratio F/B élevé est associé avec l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, le TDAH, l’Alzheimer, les maladies auto-immunes et plusieurs maladies inflammatoires dont la dépression[2].

-          On retrouve plus de bactéries Clostridiales (firmicutes) chez les enfants autistes que chez un groupe témoin. Ces types de bactéries produisent de l’acide propionique (PPA) inflammatoire;

-          Une dominance en firmicutes réduit la concentration d’acides gras à chaînes courtes (AGCC) réparatrices des muqueuses intestinales et augmente la concentration en acide proprionique (PPA);

-          La PPA augmente la perméabilité intestinale en affaiblissant les jonctions serrées des cellules de la muqueuse intestinale[3];

-          Le simple fait de manger moins de glucides (pain, pâtes, pommes de terre, sucre, etc.) et plus de fibres améliore le ratio F/B.

 

Une expérience menée sur lui-même par Tim Spector, professeur de génétique au Kings College de Londres[4] a démontré que l’on peut changer son microbiote en trois jours, simplement en changeant sa façon de manger. Il a vécu ces trois jours avec la dernière tribu de chasseurs-cueilleurs de Tanzanie qui ont une alimentation très diversifiée (plus de 600 aliments différents), incluant de petits animaux et des végétaux riches en fibres et antioxydants.

 

 

Les probiotiques

Les probiotiques sont partout aujourd’hui. Dans les suppléments, dans les yogourts, le lait, etc. Que sont-ils et les produits qui nous sont offerts sur le marché sont-ils efficaces?

 

Définition

En 2001, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont donné une définition officielle des probiotiques qui sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels »[5].

 

Cette définition, très vague, ouvre la porte à toutes sortes de produits avec des allégations santé parfois prouvées, souvent espérées. La tendance dans le marché canadien et nord-américain est d’acheter des souches de probiotiques de différents laboratoires, de les mélanger ensemble et de faire des allégations santé non démontrées.

 

En effet, très peu des produits sur le marché actuellement ont fait l’objet d’études cliniques.  Et ce n’est pas parce qu’une des souches parmi celles qui figurent sur l’étiquette du produit a fait l’objet d’études cliniques qu’elle apporte les mêmes résultats lorsqu’elle est mélangée aux autres. Il existe en effet des compétitions entre les souches de probiotiques et lorsqu’il y en a plus d’une, elles peuvent s’entre-détruire. Les fabricants doivent donc s’assurer de la synergie des souches entre elles.

 

Sur quoi se fier?  

Sur les produits probiotiques sur lesquels on retrouve des études cliniques. Il existe une base de données sur ces produits au Canada (http://www.probioticchart.ca). Il vaut donc la peine de s’y référer pour utiliser des produits qui ont fait leurs preuves.

 

Dans ma pratique, j’utilise ceux de la compagnie Genestra, dont plusieurs figurent dans cette base de données.  Le produit HMF Intensive est celui qui a été l’objet du plus d’études cliniques.  Pour les enfants, le Fit for school a démontré de bons résultats sur la diminution des symptômes des infections respiratoires supérieures et la réduction significative de l’absentéisme à la garderie et la maternelle.